All by my selfie

Djamel Tatah

1959 -

Djamel Tatah

L'artiste 

Né en 1959, l’artiste franco-algérien Djamel Tatah enseigne à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il vit et travaille en Provence. Régulièrement présentés en France et à l’étranger, ses tableaux ont rejoint d'importantes collections privées et publiques dont le British Museum et le Musée National d’Art Moderne Centre-Pompidou.

Dans une peinture sobre et épurée, Djamel Tatah livre une représentation de l’homme contemporain qui affirme sa présence au monde. A partir de la réalité, des situations les plus ordinaires aux événements qui marquent l’actualité, il peint des figures humaines, à l’échelle du corps, suspendues dans le temps, plongées dans le silence et qui semblent n’appartenir à aucun lieu défini. Réévaluant la solitude comme vertu, l’artiste tente de dépasser la réalité pour expérimenter, au moyen de la couleur, de la lumière et du trait, son sentiment d’être au monde. 


Galerie Poggi

Regard sur une œuvre :
Sans titre
1994

Depuis 1986, Tatah peint des images à partir de prises de vue photographiques dont il détermine la pose et pour lesquelles il choisit des personnes qui lui sont proches ou familières comme modèles. Djamel Tatah par ses origines algériennes, vient d'une tradition qui interdit la représentation de la figure humaine. Dans sa peinture il n'y a donc pas d'ironie, pas de double langage, juste une silencieuse présence. Les femmes de Tatah sont nombreuses, fières : personne, à commencer par elles, qui autrement croiseraient leurs visages, ne peut échapper à la dureté de leur pose et de leur regard. Chaque toile est dominée par un fond monochrome sur lequel se tiennent, au premier plan, ses personnages. Ici il s'agit d'une femme qui contrairement aux représentations bien connues, semble être intimidée. La tête légèrement baissée, elle nous questionne du regard. Interrogeant notre solitude comme la sienne, celle sociale de l'individu parmi les autres.

Frac Provence-Alpes-Côte d'Azur, 2020